Accueil

Articles récents

‘Cette morsure trop vive’, de Nassuf Djailani. Complot, meurtre et poésie à Chiconi

De quelle morsure parle le titre, le lecteur l’ignore encore mais l’incipit du dernier Nassuf Djailani (Prix de poésie Fetkann Maryse Condé 2020 pour son recueil ‘Naître ici’) attaque fort déjà, transportant sans préavis le lecteur vers l’ailleurs écrasé par le soleil, l’ailleurs plongé dans une fausse langueur insulaire, une tranquillité trompe-l’œil. Le maelström estLire la suite « ‘Cette morsure trop vive’, de Nassuf Djailani. Complot, meurtre et poésie à Chiconi »

‘Le Club des Aquarêveurs’, de Valère-Marie Marchand : dis-moi comment tu nages

L’heure du déconfinement venue, un mystérieux écosystème va en toute discrétion se recréer du côté de nos bassins rouverts. Odeurs de chlore et de vestiaire, effluves de tiaré du bout du monde, mousse marseillaise indémodable, frôlement de serviettes humides couvrant des corps nus inconnus, claquettes dépoussiérées ressorties du sac de l’exil : une faune urbaineLire la suite « ‘Le Club des Aquarêveurs’, de Valère-Marie Marchand : dis-moi comment tu nages »

‘Antoine des Gommiers’, de Lyonel Trouillot : du bidonville, soudain la poésie

Dans le bidonville port-au-princien, les corps s’écroulent sur eux-mêmes sans préavis, sans rappels ni fanfare. Si les balles perdues ne sont pas toujours coupables (les vies de misère n’ayant pas besoin d’aide pour choir au débotté, fruits gâtés trop rapidement), le résultat reste le même. Personne ne sursaute plus, même lorsque la plus ancienne occupanteLire la suite « ‘Antoine des Gommiers’, de Lyonel Trouillot : du bidonville, soudain la poésie »

Recevez directement le nouveau contenu dans votre boîte de réception.