‘Nul chemin dans la peau que saignante étreinte’ : une pépite signée Jean D’Amérique

« les rues sont anonymes à force de crimes ambulants tour de flammes dans le dos, ma ville se gave de canons frais, chante la vie affaissée contre la page, elle voit tomber des humains comme elle voit chuter la pisse » Les gangs trinquent à la victoire, affalés sur des cadavres défigurés, célèbrent par rafalesLire la suite « ‘Nul chemin dans la peau que saignante étreinte’ : une pépite signée Jean D’Amérique »