‘J’ai dû vous croiser dans Paris’ : les déambulations sensibles de Fanny Saintenoy

L’objet en lui-même fait sursauter : il est de toute petite taille. Broché, dessin apaisant en guise de cape (en période d’aigreur et de tensions XXL, ça dénote), doté d’une mise en page aérée mais pourtant son format est proche du poche, pensé pour se laisser transporter dans les replis de la veste, du jean,Lire la suite « ‘J’ai dû vous croiser dans Paris’ : les déambulations sensibles de Fanny Saintenoy »